fabriquer une espadrille - gaston

fabriquer une espadrille - gaston

Comment fabrique-t-on une espadrille ?

 

L'espadrille est fabriquée à partir de matèriaux naturels :

  • Le coton pour tisser la toile
  • Le jute pour tresser la semelle
  • L'hévéa pour la composition du caoutchouc de la couche d'usure

 

Suivez toutes les étapes de la fabrication d'une espadrille fabriquée à la main. Ce mode de fabrication concerne toutes les espadrilles « tradi » et « mule » de Gaston.

 

Le tressage des cordes

 

les fils de jute sont tressés à la machine.

 

Le jute, nécessaire en quantité importante, provient d'asie sous forme de fibre végétale.

 

Le plus souvent, les fabricants d'espadrilles achètent la corde de jute tressée, réalisant ainsi l'économie d'une étape de fabrication.

 

 

 

 

 

 

La mise en forme de la semelle

 

La jute tressée est roulée afin de former la semelle.

 

Cette étape est réalisée traditionnellement avec une simple table tournante en bois. La corde y est accrochée et effectue un nombre de tours déterminé autour de deux axes fixés sur la table. L'écartement entre ses axes détermine la pointure de la semelle.

 

Cette étape peut actuellement être réalisée grâce à une table tournante « industrielle » en métal mais qui reste assez proche de leur équivalente traditionnelle, tant dans leur simplicité que dans leur efficacité.

 

 

 

 

 

La couture de la semelle

 

undefinedLa semelle était traditionnellement cousue à la main sur un banc spécifique appelé "banco alpargatero".

 

Actuellement cette étape est réalisée à la machine par d'imposantes machines à coudre du début du siècle : leur bruit lancinant et répétitif était l'âme des fabriques de l'époque.

 

Dans les petits ateliers qui perdurent de nos jours, ces machines fonctionnent encore comme d'antan.

 

 

.

.

.

.

 

La vulcanisation de la semelle

 

La semelle est vulcanisée : une couche de caoutchouc vient recouvrir sa partie inférieure afin de la protéger de l'usure, d'améliorer son adhérence et le confort de son propriétaire et d'augmenter le pouvoir isolant naturel de la semelle en jute.

 

La semelle est placée dans un moule préalablement garnit d'une couche de caoutchouc en copeaux et chauffée à 400°C. A cette température, le caoutchouc fond et se solidarise de la semelle mise sous presse. Aucune colle ne rentre dans la fabrication de vos espadrilles.

 

La coupe du tissu

 

Les espadrilles sont composées de deux pièces de coton coupées dans de la toile basque.

 

Cette toile en coton tressé est réputée pour sa résistance.

 

Les deux parties en tissu sont assemblées à la main en ce qui concerne les espadrilles « tradi ». L'assemblage des pièces de tissu constituant les « mules », véritables créations de l'artisan, nécessite un travail de couture qui ne peut se réaliser correctement qu'à la machine.

 

Le montage de l'espadrille

 

undefinedLa toile est cousue directement à la semelle à la main.

 

Jusqu'à la mise au point d'un procédé mécanique, cette étape était réalisée dans les familles des villages de production et constituaient l'une des sources de leurs revenus. Actuellement peu de personnes savent encore réaliser cette étape précise et fastidieuse.

 

L'utilisation d'un fil de coton blanc ou de la couleur naturelle du jute est la marque d'une fabrication artisanale dans la tradition basque.

 

 

 

 

 

 

 

L'artisan producteur ne porte pas son mode de fabrication comme une revendication culturelle mais comme une tentative de mener son travail jusqu'au bout d'une démarche inscrite dans le temps. Le résultat est à vos pieds : une paire d'espadrilles de la meilleure qualité, tant dans le choix des matériaux que dans la réalisation.